Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les écrits de CHIDOUH ABBES
  • : Proviseur et ex prof de Français
  • Contact

Profil

  • CHIDOUH ABBES
  • Proviseur et ex prof de Français
  • Proviseur et ex prof de Français

Texte Libre

Le style incomparable du Coran, qui a été révélé il y a 14 siècles et la sagesse supérieure qu’il renferme sont des preuves irréfutables qu’il s’agit de la parole de Dieu. Mais le Coran possède aussi de nombreux attributs miraculeux prouvant qu’il est une révélation divine. L’un de ces attributs est le fait qu’un certain nombre de vérités scientifiques, que seule la technologie du vingtième siècle nous a permis de découvrir, étaient déjà affirmées dans le Coran voici mille quatre cents ans. Ces faits n’auraient pas pu être connus à l’époque de la révélation du Coran, et c’est là une preuve supplémentaire que le Coran est la parole de Dieu.

Recherche

Archives

1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 07:46

Un jeune couple venait de s’installer dans un nouveau quartier.
Le lendemain matin, au moment où le couple prenait le petit déjeuner, la femme aperçut leur voisine qui étendait du linge sur un séchoir.
Quel linge sale ! dit elle. Elle ne sait pas laver.
Peut-être a-t-elle besoin d’un nouveau savon pour mieux faire sa lessive !
Son mari regarda la scène mais garda le silence.
C’était le même commentaire chaque fois que la voisine séchait son linge…..
Après un mois, la femme fut surprise de voir un matin que le linge de sa voisine était bien propre et elle dit à son mari :
Regarde ! Elle a appris à laver son linge maintenant. Qui le lui a enseigné ?
Le mari répondit : Non… Je me suis levé tôt ce matin et j’ai lavé les vitres de notre fenêtre !

Repost 0
Published by CHIDOUH ABBES - dans Quelle Morale
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 21:12

 

Un vieil homme fragile s'en alla demeurer avec son fils, sa belle-fille, et son petit-fils de quatre ans. Les mains du vieil homme tremblaient, sa vue était embrouillée et sa démarche chancelante. 

La famille était attablée ensemble pour le repas. Mais la main tremblante de grand-père et sa mauvaise vue rendait le repas peu agréable. Les pois roulaient par terre, lorsqu'il prenait son verre, le lait se renversait sur la nappe. Ce qui vint à tomber sur les nerfs du fils et de la belle-fille.  

"On doit faire quelque chose avec grand-père" dit le fils. Nous en avons assez du lait renversé, des bruits lorsqu'il mange et de ramasser la nourriture sur le plancher" 

Alors, le fils et sa femme montèrent une petite table dans le coin. C'est là que grand-père ira manger pendant que le reste de la famille sera à la grande table. De plus, puisque que grand-père a cassé quelques assiettes, dorénavant il mangera dans un bol en bois.

Lorsque la famille regardait dans le coin, quelques fois ils pouvaient voir une larme sur les joues de grand-père qui était assis tout seul. En dépit de celà, les seuls mots que le couple avaient pour grand-père exprimaient la colère et les reproches lorsqu'il échappait une fourchette ou renversait sa nourriture par terre. Le jeune de quatre ans regardait tout cela en silence.  

Un soir avant le souper, le père remarqua son fils qui jouait dans son atelier et il nota des copeaux de bois sur le plancher. Il demanda gentiment: "Qu'est tu en train de fabriquer?"

Aussi gentiment le fils répondit: "Ah! je fais un bol en bois pour toi et maman pour manger lorsque je serai grand!"

Les parents furent tellement surpris par ces paroles qu ils étaient incapable de parler.

Et puis, quelques larmes coulèrent sur leurs joues. Ils ne disaient rien mais ils savaient quoi faire.

Ce soir là, le fils pris grand-père par la main et l'amena gentiment à la table familiale.

Pour le reste de ces jours, il mangea ses repas avec la famille et le fils et sa femme ne se troublaient plus lorsque grand-père échappait une fourchette, renversait son lait ou salissait la nappe.

 

Repost 0
Published by LE MAËSTRO - dans Quelle Morale
commenter cet article
18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 15:18

Un médecin est entré ...à l'hôpital dans la hâte après avoir été appelé pour une chirurgie urgente. Il a répondu à l'appel, a changé dès que possible ses vêtements et est allé directement au bloc de chirurgie. Là, il trouve le père du garçon qui fait des vas et vient dans le hall. En voyant le médecin arriver, le papa hurla : « Pourquoi avez-vous pris tout ce temps pour venir ? Vous ne savez pas que la vie de mon fils est en danger ? Vous n'avez pas le sens de responsabilité » ?
      Le médecin sourit et dit : « Je suis désolé, je n'étais pas dans l'hôpital et je suis venu le plus rapidement possible après avoir reçu l'appel…… Et maintenant, je souhaite que vous vous calmez pour que je puisse faire mon travail »
« Me calmer ? Et si c’était votre fils vous calmeriez vous ? Si votre propre fils meurt maintenant que ferez vous » ? dit le père avec colère
Le médecin souri encore et répondit : « Je dirai.. De la poussière nous sommes venus et épousseter nous retournerons, béni soit le nom de Dieu. Les médecins ne peuvent pas prolonger des vies. Allez et intercédez pour votre fils, nous ferons de notre mieux par la grâce de Dieu »
        « Donner conseil quand nous ne sommes pas concernés c’est si facile » Murmura le père.
La chirurgie a pris quelques heures après lesquelles le médecin sorti heureux, « Merci Dieu ! Votre fils est épargné, Si vous avez n'importe quelle question, demandez a l'infirmière ! »
« Pourquoi est-il si arrogant ? Il ne pouvait pas attendre quelques minutes pour que je me renseigne sur l'état de mon fils » A Commenté le père en voyant l'infirmière après que le médecin soit partit.
         L'infirmière répondit, les larmes descendant son visage : « Son fils est mort hier dans un accident de route, il était a l'enterrement quand nous l'avons appelé pour la chirurgie de votre fils. Et maintenant qu'il a épargné la vie de votre fils, il est parti courir pour finir l'enterrement de son fils ».

Repost 0
Published by LE MAËSTRO - dans Quelle Morale
commenter cet article
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 17:52

   Un conférencier bien connu commence son séminaire en tenant bien haut un billet de 100 dollars. Il demande aux gens :"Qui aimerait avoir ce billet ?" Les mains commencent à se lever, alors il dit :"Je vais donner ce billet de 100 dollars à l'un d'entre vous mais avant laissez-moi faire quelque chose avec..."
Il chiffonne alors le billet avec force et il demande :"Est-ce que vous voulez toujours ce billet ?"
Les mains continuent à se lever."Bon, d'accord, mais que se passera-t-il si je fais cela..."
Il jette le billet froissé par terre et saute à pied joints dessus, l'écrasant autant que possible et le recouvrant des poussières du plancher. Ensuite, il demande :"Qui veut encore avoir ce billet ?"
Évidemment, les mains continuent de se lever !
Mes amis, vous venez d'apprendre une leçon...
Peu importe ce que je fais avec ce billet, vous le voulez toujours parce que sa valeur n'a pas changé, il vaut toujours 100 dollars.

Alors pensez à vous, à votre vie.

Plusieurs fois dans votre vie vous serez froissé, rejeté, souillé par les gens ou par les événements. Vous aurez l'impression que vous ne valez plus rien mais en réalité votre valeur n'aura pas changé aux yeux des gens qui vous aiment !" La valeur d'une personne ne tient pas à ce que l'on a fait ou pas, vous pourrez toujours recommencer et atteindre vos objectifs car votre valeur intrinsèque est toujours intacte.

Repost 0
Published by LE MAËSTRO - dans Quelle Morale
commenter cet article
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 21:40

Un jour, l’âne d’un fermier est tombé dans un puits.
L’animal gémissait pitoyablement pendant des heures, et le fermier se demandait quoi faire.
Finalement, il a décidé que l’animal était vieux et le puits devait disparaître de toute façon, ce n’était pas rentable pour lui de récupérer l’âne.
Il a invité tous ses voisins à venir et à l’aider.
Ils ont tous saisi une pelle et ont commencé à enterrer le puits.
Au début, l’âne a réalisé ce qui se produisait et se mit à crier terriblement. Puis, à la stupéfaction de chacun, il s’est tu.
Quelques pelletées plus tard, le fermier a finalement regardé dans le fond du puits et a été étonné de ce qu’il a vu.
Avec chaque pelleté de terre qui tombait sur lui, l’âne faisait quelque chose de stupéfiant.
Il se secouait pour enlever la terre de son dos et montait dessus.
Pendant que les voisins du fermier continuaient à pelleter sur l’animal, il se secouait et montait dessus.
Bientôt, chacun a été stupéfié que l’âne soit hors du puits et se mit à trotter !

Repost 0
Published by LE MAËSTRO - dans Quelle Morale
commenter cet article
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 19:17


Un élève  demande à sa maîtresse s'il peut lui parler après le cours. Elle accepte.
La maîtresse : Alors, que veux-tu me dire, Thomas ?
Thomas : Je pense être trop intelligent pour rester dans cette classe, je m'embête ! Je voudrais passer directement au Lycée.
Sur ce, le directeur informé, demande à Thomas s'il veut bien passer des tests.
Thomas accepte sans hésiter, le directeur débute les tests.
Le Directeur : Voyons voir Thomas, 3 x 4.
Thomas : Douze !
Le Directeur : Et 6 x 6.
Thomas : Trente six, Monsieur le Directeur
Le Directeur : Capitale du Japon?
Thomas : Tokyo !
Le test continu pendant une demi-heure, Thomas ne fait aucune erreur !
A la fin du test, le directeur est satisfait mais, la prof demande si elle peut à son tour lui poser des questions. Tous deux acceptent, et la prof commence :
La Maîtresse : Bon Thomas ! La vache, elle en a 4 et moi j'en ai 2, qu'est-ce que c'est ?
Thomas : Les jambes, Madame.
La Maîtresse : Correct.. Qu'est-ce qu'on trouve dans tes pantalons et pas dans les miens ?
Le Directeur s'étonne de la question...
Thomas : Des poches, Madame.
La Maîtresse : Bien, Thomas. Qu'est-ce que les hommes et les femmes ont en plein milieu et qui est en double ?
Le directeur se prépare à intervenir lorsque Thomas répond :
Thomas : Les deux « M », Madame.
La Maîtresse : Où est-ce que les femmes ont les poils les plus frisés ?
Thomas : En Afrique Madame, répond le gamin sans hésiter.
La Maîtresse : Qu'est-ce qui est mou mais qui, aux mains d'une femme, devient dur ?
Le Directeur ouvre grands les yeux mais Thomas répond : Le vernis à ongles Madame.
La Maîtresse : Qu'est-ce que les hommes et nous les femmes, nous avons au milieu des jambes ?
Thomas : Les genoux !
La Maîtresse : Bien. Et qu'est-ce qu'une femme mariée a de plus large qu'une femme célibataire ?
Le Directeur n'en croit pas ses oreilles !
Thomas : Le lit, Madame.
La Maîtresse : Quelle est la partie de mon corps qui est souvent la plus humide ?
Thomas : Votre langue, Madame.
La Maîtresse : Quel mot commençant par la lettre « c » désigne quelque chose qui peut être humide ou sec et que les hommes aiment regarder ?
Thomas : Le ciel ! Affirme Thomas.
Le Directeur soufflant, transpirant comme un sauvage, décide d'arrêter le test et s'exclame :
Ce n'est pas au lycée que je vais t'envoyer mais directement à l'université !
Même moi, je l'aurais complètement raté ce test...

 

Messieurs dames à vous de tirer la morale!!!!!!!!!!!!!!!

Repost 0
Published by LE MAËSTRO - dans Quelle Morale
commenter cet article